Vous êtes ici

logiciels libres

Nextcloud : tour d'horizon des fonctionnalités et des applications qui en font actuellement une plateforme au sommet de son genre (MAJ)

Si Nextcloud 1 2 était originellement un logiciel libre permettent principalement d' (auto)héberger comme son parent une solution de stockage et de partage de fichiers par le web à la DropBox, il a depuis nettement évolué et s'est enrichi de nombreuses applications et autres fonctionnalités que je vais rapidement passer en revue - de façon non exhaustive - ici pour que vous puissiez vous en faire une idée.

Fonctionnalités

Fichiers
Gestion de versions des fichiers
Partage des fichiers aux utilisateurs internes et en externe par URL
Synchronisation des fichiers sur poste de travail et terminal mobile avec un client
Galerie photo avec reconnaissance faciale Face Recognition - Applications - App Store - Nextcloud
Recherche full-text unifiée et avec OCR Full text search - Files - Tesseract OCR - Applications - App Store - Nextcloud
Intégration multiples types de stockage dans le cloud et en réseau local (FTP, partages réseau Windows, SharePoint, Samba, OneDrive, etc.)
Bureautique
Éditeur Markdown intégré
Multimédia
Streaming vidéo
Productivité
Courrier électronique Mail - Applications - App Store - Nextcloud
Calendrier
Notes
Tâches
Intégration des applications natives entre elles
Collaboratif
Contacts
Visioconférence, appels audio ,vidéo et messagerie de groupe Talk - Applications - App Store - Nextcloud
Passerelles avec d'autres plateformes messageries collaboratives & visioconférence type MS Teams, Slack, IRC, Matrix, etc.
Espaces de travail basés sur les groupes d'utilisateurs Rich workspaces in Nextcloud - YouTube
Salles de données virtuelles Virtual Data Room – Nextcloud
Fédération entre instances
Cybersécurité
Chiffrement sur le serveur
Chiffrement de bout en bout
Anti rançongiciel
Conforme RGPD
Auto hébergeable - On Premise (sur site)
Authentification à multiples facteurs
Vue sécurisée avec filigrane Secure view – Prevent your shared files from getting downloaded – Nextcloud
Partage avec vérification par webcam Unique sharing security: video verification – Nextcloud
Automatisation
Workflows
Étiquetage (tagging) automatique
Accessibilité
Conforme WCAG 2.0 AA
Adapté aux lecteurs d'écran et nombreux raccourcis clavier
Police de caractères adaptée aux dyslexiques
Thème sombre
Administration système
Gestion des comptes optionnellement LDAP / Active Directory, Kerberos and Shibboleth / SAML 2.0, etc. LDAP Contacts Backend - Applications - App Store - Nextcloud
Gestion des quotas
Notifications aux utilisateurs
Import / Migration depuis d'autres plateformes Easy migration to Nextcloud from insecure and privacy-unfriendly platforms now available – Nextcloud
Interface
Système de notifications unifiées
Page d'accueil avec tableau de bord personnalisable avec des widgets interactifs

Applications

Productivité
Deck - Applications - App Store - Nextcloud Gestion de projet / tâches type Kanban (avec client pour terminaux mobiles)
Analytics - Applications - App Store - Nextcloud Décisionnel / Reporting / Entrepôt de données
Appointments - Applications - App Store - Nextcloud Gestion des réservations / Rendez-vous
Collaboratif
Circles - Applications - App Store - Nextcloud Créer des groupes d'utilisateurs personnalisés (privés / publics / secrets / sur invitation)
Temporary files lock - Applications - App Store - Nextcloud verrouiller momentanément certains fichiers partagés File Locking in Nextcloud - YouTube
README.md - Applications - App Store - Nextcloud Modifier le style des dossiers
Forms - Applications - App Store - Nextcloud Questionnaires / Formulaires
Polls - Applications - App Store - Nextcloud Sondages
Social - Applications - App Store - Nextcloud Réseau social interne
Bureautique
Collabora Online Office – Nextcloud Suite bureautique web complète
ONLYOFFICE integration – Nextcloud Suite bureautique web complète
Office Online integration - Nextcloud
Draw.io - Applications - App Store - Nextcloud Créer des diagrammes avec Draw.IO
PDF annotations - Applications - App Store - Nextcloud Annotation des PDF
Outlook Add-in news: name change, new release and 4 versions – Nextcloud
Cartes mentales / cartes heuristiques Mind Map - Applications - App Store - Nextcloud
Web - Intranet
PicoCMS Créer des sites web statiques
Maps - Applications - App Store - Nextcloud Cartographie OpenStreetMaps / Géolocalisation
News - Applications - App Store - Nextcloud Lecteur de flux RSS
Bookmarks - Applications - App Store - Nextcloud Marques pages / Favoris web
Multimédia
Music - Applications - App Store - Nextcloud Gestionnaire de collection et lecteur audio
Cybersécurité
Two-Factor TOTP Provider - Applications - App Store - Nextcloud Authentification à multiples facteurs
Passman - Applications - App Store - Nextcloud Coffre fort pour mots de passe de tout type
Brute-force settings - Applications - App Store - Nextcloud Protection contre les attaques par force-brute
GeoBlocker - Applications - App Store - Nextcloud Blocage des accès depuis certaines régions
Intégration avec l'antivirus Kaspersky
Administration système
External sites - Applications - App Store - Nextcloud Ajout de liens vers des sites externes au menu principal
Announcement center - Applications - App Store - Nextcloud Gestion avancée des notifications
Group folders - Applications - App Store - Nextcloud Dossiers pour groupes d'utilisateurs
Auto Groups - Applications - App Store - Nextcloud Groupes automatiques / par défaut
Retention - Applications - App Store - Nextcloud Suppression automatique de fichiers après un certain temps
Impersonate - Applications - App Store - Nextcloud Impersonation
Write support for LDAP - Applications - App Store - Nextcloud Gestion avancée des comptes LDAP
Printer - Applications - App Store - Nextcloud Impression directe sur une imprimante réseau
Retention - Applications - App Store - Nextcloud Suppression automatique après un délai
File access control - Applications - App Store - Nextcloud Contrôle d'accès sur des fichiers avancé, pouvant être basé sur l'adresse IP, le type mime, une étiquette, une date ou une heure, etc.
Workflow external scripts - Applications - App Store - Nextcloud Workflow pour scripts externes
Développement
GitHub integration - Applications - App Store - Nextcloud Intégration de Github
GitLab integration - Applications - App Store - Nextcloud Intégration de Gitlab

Notes de version des dernières versions à ce jour (Hubs).

Comparatifs avec d'autres solutions du même type

Comparison – Nextcloud


  1. dérivé logiciel d'ownCloud depuis 2016. ↩︎

  2. ownCloud est un logiciel libre offrant une plateforme de services de stockage et partage de fichiers ↩︎

Remplacez vos vieux et lourds logiciels de bureautique par des alternatives légères & libres à la sauce développeur (mise à jour)

Plutôt que s'abonner ou payer régulièrement pour les mises à jour d'un logiciel dont vous êtes devenu dépendant mais dont vous n'utilisez qu'une fraction des fonctionnalités, penser autrement ou prendre le problème par un autre bout peut s'avérer parfois plus efficace. À cet effet je vous propose quelques alternatives aux logiciels bien connus de la suite bureautique de Microsoft.

De plus malgré l'aspect low-tech du premier abord vous adopterez au passage une pratique plus sobre et donc responsable de l'informatique. Car si les obésiciels) et le gras numérique sont déjà une cause majeure de pollution par émission de gaz à effet de serre, ce sera encore bien plus le cas à l'avenir. Un problème pourtant identifié [il y a déjà fort longtemps](Logiciel : la clé de l’obsolescence programmée du matériel informatique - Green IT).

Traitement de texte

Oubliez ces bons vieux Microsoft Word et LibreOffice Writer et optez pour un éditeur de Markdown comme Zettlr qui vous permettra d'aller à l'essentiel, sans fioritures, sans distractions. Vous devriez gagner en productivité.

Exportez le résultat de votre travail seulement lorsqu'il est terminé, au format désiré (HTML5, PDF, DOCX, ODT, etc.).

Votre document restera toujours lisible et vous n'aurez jamais besoin d'un logiciel spécifique (éventuellement plus supporté ou édité dans quelques décennies) pour y apporter quelques modifications.

Avec quelques dizaines de Mo ce sera le composant le plus lourd de la liste, surtout si vous y ajoutez pandoc pour augmenter les possibilités de personnalisation / d'exportation.

Tableur

Oubliez également les tableurs type Microsoft Excel. Installez plutôt les binaires de PHP puis téléchargez le fichier d'adminer.

De cette façon vous pourrez faire fonctionner adminer avec le serveur intégré à PHP pour créer et mettre à jour une base de données SQLite.

PHP en lui même remplacera avantageusement le VBA qui vous permettait d'écrire des macros.

En complément de quoi j'ajouterais un outil pour faire du reporting. KoolReport semble faire l'affaire et facile à installer. Mais je ne l'ai pas encore testé et il faut bien reconnaître qu'une interface graphique manquera à beaucoup, même si des requêtes visuelles commencent à apparaître. Le temps d'apprentissage sera donc probablement assez long, mais le résultat pourrait être satisfaisant avec des exemples.

Ce sera sans nul doute l'alternative la plus technique et la plus difficile à adopter si vous êtes réfractaire. Si vous voulez quelque chose qui ressemble plus à un tableur classique mais plus léger, vous pouvez essayer Ethercalc vous devrez toutefois installer nodejs (qui intègre un serveur web, mais rien n'interdit de s'en servir localement) au préalable. Et il faut reconnaître que vous devrez sans doute vous passer de certaines fonctionnalités. Démonstration ici

Présentation

Les alternatives à PowerPoint ne manquent pas, contrairement à ce que l'on pourrait croire.

Rédigez toujours en Markdown et observez le résultat en HTML5 dans votre navigateur :

Base de données

Même réponse que pour le tableur... évidemment !

Publication assistée par ordinateur

Ce n'est pas vraiment de la bureautique, mais si vous voulez tout de même le nom d'une alternative à Microsoft Publisher (inclus dans Microsoft Office) : Scribus

Comme pour le traitement de texte, si vous avez besoin de pagination optez pour un logiciel de présentation comme reveal.js et exportez votre travail en PDF puis imprimez le PDF. Sinon créez un fichier Markdown par page que vous imprimerez les unes à la suite des autres.

Personnellement dans ce cas j'aurais plutôt tendance à créer un livre numérique au format ePub avec un éditeur dédié comme Sigil afin d'être lisible aussi sur terminal mobile sachant qu'un plugin semble permettre l'importation de Markdown. La connaissance d'HTML5 sera toutefois bienvenue dans ce cas, Comme en PAO, le workflow idéal est de saisir un maximum de texte au kilomètre et d'effectuer seulement ensuite la mise en page dans un logiciel ou application dédié (Sigil, Scribus ou Reveal.js...).

Messagerie électronique

Là non plus, ce n'est pas de la bureautique mais plutôt de la communication !

Si vous voulez tout de même des alternatives légères à Microsoft Outlook (inclus dans Microsoft Office), en voici quelques unes :

Pour ma part je préfère les outils collaboratifs web et tout intégrés à la NextCloud. Ou à la rigueur les messageries de groupe (Zulip, Element) ou sécurisées type Signal, Jami.

Si vous préférez les logiciels "tout intégrés" mais sans serveur à gérer, vous pourriez apprécier également :

Je fais l'impasse sur les solutions à base de shell mais rappelle par contre que le webmail de votre FAI ou de votre entreprise pourrait faire l'affaire (sans devoir installer quoi que ce soit ! Le navigateur de base de votre système d'exploitation suffit).

Prise de notes

Préparez le travail en copiant tout contenu (texte brut ou formaté, image, URL, etc.) dans CopyQ 1 à l'aide du gestionnaire de presse papier du système d'exploitation.

Une fois maîtrisé CopyQ vous permettra d'automatiser et d'effectuer de nombreux traitements selon vos goûts. Plus classiquement aussi d'apporter des modifications, fusionner, trier, etc. et même classer par arborescence d'onglets les notes.

Toutefois je vous recommande plutôt de créer sur votre disque dur (ou partage de fichiers ou dossier du client Nextcloud) une structure à base de dossiers, de formater les notes en Markdown et d'y ajouter des mots clés dans les métadonnées YAML pour faciliter ensuite les recherches. Encore une fois, Zettlr s’avérera un outil précieux (mais pas incontournable !) dans ce workflow.

Convertir une page de dokuwiki en markdown

Fichier attachéTaille
Image icon 1280px-Markdown-mark.svg_.png9.37 Ko

Voilà quelques temps déjà je me suis décidé à maximiser progressivement mon utilisation de la syntaxe Markdown, c'est pourquoi j'ai installé il y a quelques mois le filtre adapté pour Drupal (pour rappel le CMS utilisé pour réaliser ce blog). Après m'être aussi familiarisé avec lui sur le réseau social diaspora* et la rédaction de documentations professionnelles je poursuis cet effort en prévoyant de migrer progressivement de DokuWiki vers Wiki.js (qui permet de rédiger directement des pages de wiki en markdown), à cet effet je me suis posé la question de savoir s'il était possible à minima de récupérer certains articles sans avoir à les réécrire. Et c'est effectivement le cas. Je vous expose donc une méthode manuelle reposant sur l'utilitaire de conversion en ligne de commande Pandoc.

Il m'aurait été possible de décrire comment convertir tout le wiki puisque dokuwiki stocke les pages sous forme de fichiers, mais ce n'est pas l'objet de ce tutoriel qui se veut plus simple à comprendre et généralisable à d'autres systèmes de wiki sans avoir nécessairement accès au Back office du serveur.

Prérequis

  • Une instance de dokuwiki (forcément)
  • Pandoc 2.6 minimum

Installation de Pandoc sous Linux

Fedora / Redhat / Centos, etc.

sudo dnf update
sudo dnf install pandoc

Debian, Ubuntu, Raspbian, Mint, etc.

sudo apt update ; sudo apt upgrade
sudo apt install pandoc

Installation manuelle de la version la plus récente de Pandoc

Pour connaître le lien de téléchargement de la dernière version (actuellement 2.7.3) : c'est par ici

VERSION=2.7.3
TGZ=https://github.com/jgm/pandoc/releases/download/$VERSION/pandoc-$VERSION-linux.tar.gz
DEST=$HOME/.local
wget -O pandoc.tar.gz $TGZ
tar xvzf pandoc.tar.gz --strip-components 1 -C $DEST
cd $DEST/bin

Conversion de page dokuwiki en markdown

wget -O fichier.dokuwiki "http://mon.instance.dokuwiki/mapage?do=export_raw"
# ou wget -O fichier.dokuwiki "http://mon.insance.dokuwiki/?id=mapage&do=export_raw"
pandoc -f dokuwiki -t markdown fichier.dokuwiki -o fichier.md
# préférable dans le cas ou vous avez suivi l'étape d'installation manuelle :
# ./pandoc -f dokuwiki -t markdown fichier.dokuwiki -o fichier.md

OUYA ? Oh Yeah !

Je viens de reçevoir la petite nouvelle aujourd'hui, après m'être acquitté de 13€ de frais de douane....

Pour ceux qui auraient vécu sur mars ces derniers mois, OUYA est une console de jeu vidéo née de l'initiative de personnalités diverses de cette industrie dont le développement a la particularité d'avoir été financé de manière participative sur Kickstarter.

Mon modeste passif vidéoludique vous permettra peut être de mieux appréhender mes premières impressions : des Game&Watch, à la Wii U en passant par les Sega SC-3000, NES, Super Nintendo, Amiga 600, Amiga 1200, N64, Gamecube, GBA, Wii, NDS, 3DS et un peu de PC bien sur. On constate donc surtout rapidement ma regrettable addiction à la marque nippone... :-D

Cependant mon intérêt ces dernières années pour les logiciels libres m'ont permis de voir les choses sous un autre angle, et nottamment le fait que le secteur du jeu vidéo échappait encore bien trop à l'essor de la culture libre à mon goût. C'est pourquoi quand j'ai eu vent de cette initiative j'ai été très enthousiaste en me disant que c'était un projet réaliste malgré qu'il soit très dur de se faire une place dans un marché ultraconcurrentiel opposant Nintendo, Sony et Microsoft, ou les "petits" ne survivent généralement pas plus de quelques mois, faute d'avoir une logithèque suffisamment intéressante et un hardware concurrentiel. Mais j'ai tout de suite pensé que compte tenu de la montée en puissance d'Android (système sur lequel serait basé la console), de l'utilisation de composants peu chers mais suffisamment puissants pour supporter la haute définition (ex: Tegra 3 d'NVidia), les coûts de développement seraient limités à l'essentiel. Le côté "console ouverte" et l'espoir naissant de voir un jour naître le "Firefox du jeu vidéo" m'a bien sûr définitivement séduit. C'est seulement plus tard que j'ai réalisé a quel point la scène des développeurs indépendants sur PC et consoles était déjà fortement développée, à quel point l'innovation, les concepts rafraîchissants mais aussi l'old school et l'émulation viendraient compléter le tableau déjà particulièrement réussi pour un démarrage.

Mais revenons à la console et son packaging de conception certes Californienne mais de fabrication Chinoise comme vous pouvez désormais vous en douter. R.A.S. de ce côté, l'essentiel est là :

  1. La petite console de la taille d'un Rubik's Cube
  2. Le gamepad
  3. Le transformateur externe avec adaptateur "type C"
  4. Un câble HDMI (sympa !)
  5. 2 piles pour le gamepad (sympa !)
  6. Une petite doc multilingue

Le gamepad tient relativement bien en main, mais ayant l'habitude de la perfection "made in Nintendo" ou encore en comparaison du pad de la Xbox 360, on est quelque peu déçu (toute proportions gardées), on verra à l'usage. Sachant que dans le pire des cas il est possible d'utiliser d'autres contrôleurs bluetooth (chose que je n'ai pas essayée).

Pour ce qui est de la console : le poid rajouté n'est vraiment pas de trop, : elle fait du coup moins gadget en plastique. Elle reste cela dit très légère mais ne devrait pas s'envoler au moindre mouvement des cordons.

Après ce bref constat et sans avoir pris le temps d'ouvrir la console comme d'autres. J'ai donc branché la console pour essayer enfin un peu la bête...

Un appui sur le bouton central au dessus de la console => démarrage réussi (ouf, pas de problèmes à ce niveau là déjà, ça rassure).

Après quelques secondes vient enfin le premier écran qui va permettre de synchroniser le gamepad bluetooth avec la console : vous appuyez quelques secondes sur le bouton central du pad et patience... le pad est reconnu. OUYA ! la console marche. N'étant pas doué de nature j'ai dû m'y redrendre une fois, faute d'avoir intégré mentalement la logique des boutons de la console. Etant habitué au bouton A de validation des consoles Nintendo et au bouton B pour annuler à sa gauche plus bas, il me faut oublier mes automatismes.

L'écran suivant propose logiquement la connexion à un réseau WI-FI. Pas de problèmes constaté à cette étape, dès lors que j'ai autorisé l'enregistrement de l'adresse mac sur ma box.

Lorsque le réseau est monté une mise à jour se lance. Mise à jour qui va durer environ 10 minutes (de mémoire). Il faut donc prendre son mal en patience et être objectif : la "concurrence" fait bien pire. Si vous êtes par exemple l'heureux possesseur d'une Wii U, vous savez probablement de quoi je parles !

Après la mise à jour, la console redémarre. Anoter qu'à plusieurs reprise je me suis "absenté" et j'ai remarqué que le gamepad se mettait en veille tout seul. Il faut le réactiver -> c'est une bonne chose pour l'autonomie.

La console propose ensuite la configuration du compte. Cela m'a pris du temps car j'ai essayé d'enregistrer le compte que j'avais réservé lors de la campagne de financement, sauf que je ne me rappelais plus du mot de passe, et que je n'ai pas reçu de réponse à ma demande de réinitialisation de mot de passe sur le site d'OUYA. Pas cool ! Du coup j'ai voulu me créer un autre compte, mais j'ai eu à ce moment un problème de Wi-Fi, je n'avais simplement plus de réseau. Le problème fut néanmoins vite résolu en me rendant dans les paramètres, en désactivant le Wi-Fi et en le réactivant. D'ailleurs côté réglages on est vraiment pas déçu, il y vraiment tout ce dont on peut avoir besoin ! Merci Android.

L'étape la plus rebutante mais obligatoire fut l'enregistrement d'une carte bleue. Comment peut-on oser rendre cette étape obligatoire à ce niveau alors que les jeux sont sensés être "Free To Play" ou au pire des démos gratuites ? Ça ne donne pas confiance ! Il faudra qu'ils corrigent rapidement cela.

Bref passons, j'ai enfin pu arriver au menu de la console. L'interface est minimaliste mais au moins on ne se perd pas. On constate par contre avec regret que dans le menu "Discover" l'affichage des vignettes des jeux est très lent (au moins la première fois) et que le scrolling saccade. Je ne comprend pas comment ils s'y sont pris pour développer cette interface. Comment une interface aussi peu chargée sous Android 4.1 et Tegra 3 peut-elle ramer ? Bref, ça sent clairement le manque de finition.

N.B : j'ai aussi dû régler l'overscan de ma TV. Car par défaut l'image débordait.

Si je leur pardonne le fait qu'il aient été pressés par le temps, j'espère vraiment qu'il vont corriger tous ces détails dans les semaines qui viennent, car ça ne fera pas très sérieux pour le consommateur lambda.

Pour en revenir au coeur du sujet j'ai ensuite entrepris de tester un jeu sur l'OUYA Store (tout de même !). Mon choix s'est porté sur Final Fantasy 3 (édité par Square Enix, un poid lourd de l'industrie). 10 minutes de téléchargement, 2 minutes d'installation et le jeu se lance ensuite rapidement. Après quelques minutes, on sent clairement qu'il ne s'agit pas de leur plus grosse production :-D, le jeu devrait être intéressant (je n'y ai jamais joué auparavant) mais il ne faut pas chercher l'innovation ou la complexité. On sent le poids des années, d'autant que les textures sont trop peu détaillées pour un affichage sur la TV.

Mon choix de jeu n'était sans doute pas le bon, demain je tenterai un autre titre d'un genre différent et d'un indé.

En attendant mon impression est la suivante : tout marche, mais sans être très bien fini, il y a pas mal de boulot pour OUYA, mais le potentiel est là (souhaitons qu'ils ne le gâchent pas). Il est clairement difficile sinon impossible de se contenter de cette seule console pour un gamer, ça n'est pas vraiment une critique car c'est valable pour toute nouvelle plateforme : il faut lui laisser le temps de se constituer une bonne logithèque et cela prendra des mois.

RDV dans 6 mois / 1 an.

Réinstaller fusecompress après une mise à jour Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot en 12.04 Precise Pangolin

Suite à une mise à jour d'Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot vers 12.04 Precise Pangolin, via un

do-release-upgrade -p

... qui s'est au demeurant très bien passée (comme toujours en ce qui me concerne), j'ai tout de même eu un petit souci avec l'utilitaire de compression "fusecompress" qui visiblement ne serait plus supporté par Canonical ou du moins plus dans les dépôts officiels (erreur ?).

Je me suis donc lancé dans sa réinstallation, une opération ma foi des plus simples, tout d'abord je me suis rendu sur la page dédiée au paquet liblzma2 32 bits de la distribution Oneiric Ocelot dont dépend fusecompress, j'ai copié l'URL d'une des instances dudit paquet sur un des miroirs et à l'aide de l'utilitaire wget l'ai rapidement récupéré

wget http://ftp.halifax.rwth-aachen.de/ubuntu//pool/main/x/xz-utils/liblzma2_...

une fois fait il suffit de l'installer

dpkg -i liblzma2_5.0.0-2_i386.deb

Ensuite il suffit de faire de même avec le paquet de l'utilitaire fusecompress en lui même (toujours en 32 bits)

wget http://ftp.halifax.rwth-aachen.de/ubuntu//pool/universe/f/fusecompress/f... dpkg -i fusecompress_2.6.git913897f4-1ubuntu1_i386.deb

And voilà, nul doute que cette façon de procéder vous aidera, dans d'autres circonstances pour d'autres logiciels. Le seul inconvénient - on le comprend facilement - sera que ces paquets ne seront pas mis à jour lors des "aptitude update" ou autres systèmes de mise à jour automatique, vous êtes prévenus...

Pages

Subscribe to RSS - logiciels libres